L'afccc : une formation au conseil conjugal et familial recommandée par les professionnels pour sa qualité, son approche psychodynamique ; une formation certifiante dès janvier 2023.

Conseil Conjugal & Familial :
- 53 stagiaires en cours de formation
- 93% des stagiaires soutiennent leurs travaux de fin de formation
- 92% qualifiés sur les trois derniers cycles (cycles 34, 35 et 36)

Accueil & Information Education à la Vie (AI) :
- 13 stagiaires en cours de formation
- 100% des stagiaires qui souhaitent poursuivre en CCF choisissent l’afccc

Formations courtes :
 54 professionnels formés sur les auteurs de violences conjugales et intrafamiliales : 92 % de stagiaires très satisfaits , 6%  satisfaits.

REVUE "DIALOGUE - FAMILLES ET COUPLES"

logo eresLa revue "Dialogue – Familles & Couples" créée en 1964 par l’afccc

  • Est une revue de recherche
  • Apporte qu’un éclairage sur les problématiques et les évolutions sociales et psychologiques du couple et de la famille.

L’afccc a confié la publication et l’édition aux Editions ERES.

Vous pouvez retrouver l'ensemble de la collection sur le site de l'éditeur en suivant ce lien.

Directeur de publication : Alain DUCOUSSO-LACAZE

Directrice adjointe : Marion FELDMAN

Directeur fondateur : Jean-G. LEMAIRE

APPEL A CONTRIBUTION

L'équipe de la revue Dialogue serait heureuse de recevoir de la part de ses lecteurs des contributions pour les numéros à venir.  La revue publie des articles sur des sujets divers traitant du couple et de la famille. 

  •  Le temps dans la famille (Articles à soumettre avant septembre 2023)
  • Familles et radicalités (Articles à soumettre avant décembre 2023)
  • Pratiques uniques d’aide au couple et à la famille (Articles à soumettre avant mars 2024)
  • Lien fraternel et gémellité (Articles à soumettre avant juin 2024)

Vous pouvez d'ores et déjà envoyer vos projets d'articles au secrétariat de rédaction : Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.

Les articles qui ne traitent pas de ces thèmes mais dont la problématique est centrée sur le couple et/ou la famille sont également acceptés.

Voir les conditions de publication en dernier page des numéros de Dialogue.

* Calendrier prévisionnel pouvant être modifié

DERNIERES PARUTIONS

 Didier DRIEU, Sophie GILBERT

Les dispositifs de médiation face aux parents vulnérables - Numéro 241 - Revue trimestrielle

Avec la participation de Nicolas ANDRADES, Gwenaëlle ANDRO, Manoel ANTONIO DOS SANTOS, Valeria BARBIERI Khalid BOUDARSE, Hanane BOUMAIZA, Silvia CESANO, Mariana DE SOUSA, Elide DEZOTI VALDANHA-ORNELAS, Frédérique FOUQUE, Emmanuel GRATTON, Astrid HIRSCHELMANN, Eliana LAZZARINI, Alexandre LEDRAIT, Claire METZ, Claire SQUIRES, Katia TAROUQUELLA, Tanize VICOSA CARDOSO, Yiwen WU

En rebond du numéro précédent et dans le prolongement d’un colloque centré sur les parentalités vulnérables, Dialogue s’intéresse ici aux dispositifs cliniques qui peuvent susciter des pratiques de médiation lorsque les familles, les parents sont dans la rupture, dans la précarité ou dans la difficulté à faire lien et sens ensemble. Ces dispositifs doivent à la fois offrir un accès non stigmatisant, permettre à des parents de s’impliquer pour apporter une aide adaptée à l’enfant et soutenir une continuité et une décompartimentation des pratiques par la confrontation de différents points de vue. Au-delà d’un soutien à la parentalité, la question de la médiatisation des liens, autrement dit de l’expérience de la parentalité, des modes de régulation émotionnelle et d’accordage psychique, est centrale, surtout dans un contexte de tensions traumatiques et de violences. Dans ces pratiques, les voies narratives vont dépendre beaucoup des conditions de l’accueil, des modalités pour renouer avec le jeu, la figurabilité de conflits souvent violents parce que réprimés, tus… C’est dire que le médium, ici, doit être compris d’une façon duelle. D’abord, l’espace (re)créé entre parents et enfants (parfois incarné par un tiers), idéalement une aire de jeu (Winnicott) qui autorise un retissage créatif des liens, voire des investissements. Ensuite un lieu où convergent de part et d’autre des possibles au plan de la projection puis de la représentation du vécu intérieur, bien souvent d’une conflictualité psychique autrement voilée.

Accéder au sommaire

Philippe DRWESKI, Emmanuel GRATTON

Dispositifs de maintien des liens parents/enfants en Europe - Numéro 240 - Revue trimestrielle

Avec la participation de Pietro ALFANO, Fabrice AUDDINO, Lise BACCOU, Feirouz BOUDOKHANE-LIMA Philip COLEMAN, Jesus DE LA TORRE LASO, Sophie DEMONCEAUX, Didier DRIEU, Justine GAUGUE-FINOT, Davide GIANNICA, Isam IDRIS, Pierre LALART, Jade LANG, Jean-Xavier LEROY, Sandie MEILLERAIS, Louann MIARA, Arnaud MORANGE, Pascal NGUYEN, Alexandra STOLNICU, Claudine VEUILLET-COMBIER

Dans le contexte d’une intégration croissante des législations européennes, ce numéro de Dialogue propose un tour d’horizon des dispositifs européens de type « espace de rencontre », lieu d’accueil pour l’exercice du droit de visite. Les législations et les dispositifs d’autres pays du continent sont différents dans leur fonctionnement et leurs finalités de ceux en vigueur en France, bien qu’encadrés par l’article 24 de la charte fondamentale des droits fondamentaux de l’Union européenne, qui précise dans son alinéa 3 que « tout enfant a le droit d’entretenir régulièrement des relations personnelles et des contacts directs avec ses deux parents, sauf si cela est contraire à son intérêt ». L’appréciation de l’intérêt supérieur de l’enfant, selon les référentiels mobilisés, est variable. Ce numéro de Dialogue tente donc d’approcher les différents dispositifs mis en place à l’échelle européenne en fonction du référentiel d’arrière-plan, analytique ou non, et des conditions de mise en œuvre particulière du maintien des relations parent-enfant selon le contexte et l’histoire des politiques sociales et familiales de chaque pays. Outre des études sur les problématiques familiales de divorce/séparation conflictuel ou violent, des cas cliniques sont présentés.​

Accéder au sommaire

LECTURE A PARTAGER

"L'individu collectif : Ubuntu au quotidien et en clinique psychologique" par Ari Gounongbé, formateur à l'afccc

Une question simple est traitée dans ce texte : comment des aspects culturels constitutifs de l’identité s’expriment-ils dans notre vie quotidienne et en clinique psychologique ? Ubuntu est un concept phare parce qu’il est le plus connu de tous les concepts identitaires culturels du continent africain. L’expression “individu collectif” que condense ce concept a été utile à cette réflexion comme modèle représentatif d’un mode de vie en Afrique et comme prétexte, pour montrer comment une philosophie implicite imprégnée dans une culture conditionne la manière d’être au monde et agit en interventions psychologiques.

Le mode de vie qu’il inspire se retrouve évidemment dans toutes les régions d’Afrique et du monde ; ce qui en est dit ici est généralisable parce que l’individu collectif inscrit en chacun de nous est cette part attendue d’ouverture et de disponibilité à l’autre, aux autres, acquise par l’éducation, s’exprimant selon les lieux géographiques, les cultures et les circonstances.

L’auteur, psychologue et enseignant, a notamment publié chez L’Harmattan La toile de soi – culture colonisée et expressions d’identité, Les grandes figures de la négritude (avec Lilyan Kesteloot) et Fatigue de la compassion, aux PUF, (voir www.arigounongbe.info).

Ari Gounongbé : "Lilyan Kesteloot, femme au coeur de la négritude" par Edwige Egger-Havet

Lilyan Kesteloot était Docteure et chercheuse en littérature africaine. Elle fut la première Blanche à ouvrir le champ à ce foisonnement Noir et à le promouvoir. Née au Congo belge, dans une culture coloniale donc, elle passa sa vie d’adulte à rencontrer la négritude, tant dans ses travaux universitaires que dans sa vie de femme.

De sa plume si vivante et clinique, Ari Gounongbé nous emmène dans un voyage à la fois humain, ethnique et transculturel. Prenant conscience de la colonisation à son « retour » en Europe, Lilyan est happée par un élan irrésistible à sortir de cet héritage, inspirée d’abord par le communisme, puis par une volonté indéfectible d’allier sa blanchitude à la négritude qui constitue aussi ses racines. Le parcours de femme de Lilyan se mêle à celui de ses révélations littéraires et de ses relations avec ces hommes Noirs, écrivains ou poètes, avec lesquels elle traça le sillon de sa vie, intellectuelle et intime.

Discrète et sensible, imprégnée de culture chrétienne, Blanche, cette femme « épousa » la cause Noire. Qu’y cherchait-elle ? Une sensualité, un enracinement corporel ? … Et ses (lapsus, je voulais écrire « ces »…) hommes, que trouvaient-ils à entretenir des liens rapprochés avec une femme, héritière d’un passé colonial, qui plus est ?

Ami de Lilyan Kesteloot, Ari Gounongbé dessine un portrait coloré d’émotions, où s’esquissent l’admiration et la tendresse qu’il lui portait. La richesse de leur double culture mutuelle fait le terreau de leur union intellectuelle et amicale. Avec sa délicatesse et sa détermination à déterrer les souvenirs enfouis, Ari nous transporte dans ce périple d’un récit de vie qui amène à nous questionner sur la féminité et sa rencontre avec le masculin autant que sur les aspects transculturels des relations entre hommes et femmes.

Paru aux éditions L'Harmattan. En vente sur le site de l'éditeur en suivant ce lien.

En couverture : Lilyan Kesteloot et le président-poète Léopold Sédar Senghor à la Première biennale des lettres de Dakar, 1990. (Photo, collection personnelle de l’auteur acquise lors de la cérémonie d’ouverture).

Caroline Kruse, une conseillère conjugale et familiale formée à l'Afccc, vient de publier « Le savoir vivre en Amoureux », paru en janvier 2021 aux éditions du Rocher.

L'harmonie d'un couple est faite d'idéaux et d'habitudes, ancrés dans l'histoire de chacun, et pas toujours faciles à concilier. Et si on apprenait à inventer, ensemble, son propre savoir-vivre amoureux ? Car l'amour, ça se travaille, ça se construit, ça se nourrit, notamment en se libérant des modèles tout faits.

Ce livre aide à donner du sens aux difficultés du couple, propose des ressources pour s'en dégager, des clés pour prendre du recul, pour mieux se comprendre soi-même et mieux comprendre l'autre aussi.

Caroline Kruse est conseillère conjugale et familiale, thérapeute de couple. Elle collabore avec de nombreux médias et tient une chronique sur le Huffington Post. Elle a déjà publié " Il faut qu'on parle " aux éditions du Rocher.

Vous pouvez nous contacter :

  • en nous écrivant à afccc - 44 rue Danton, 94200 LE KREMLIN-BICETRE
  • en nous appelant au 01 46 70 12 44
  • à l'aide du formulaire ci-dessous